Les atouts d'une CIPAN

  • Elle restitue l'azote absorbé aux cultures suivantes lors de sa dégradation1.
  • Elle limite l'érosion et l'effet de battance infligés par la pluie aux sols nus1&2.
  • Le taux de matière organique du sol est ainsi préservé2 et augmenté lors de la décomposition de la CIPAN.
  • La fertilité et la vie du sol s'en voient améliorées4.
  • Le couvert dense lutte contre les adventices par étouffement. Les adventices dépérissent et ne fructifient pas : le stock de graines dans le sol diminue.

Impact sur la culture suivante

Les CIPAN peuvent avoir un effet bénéfique sur la culture suivante :

  • Le choix réfléchi des espèces implantées permet d'améliorer la structure du sol4 grâce à des plantes dont le système racinaire est différent de celui de la culture.
  • Certaines plantes utilisées en CIPAN diminuent la pression parasitaires en cassant le cycle des ravageurs ou en les repoussant par l'émission de substances répulsives dans le sol.

Il faut donc éviter d'implanter un couvert de la même famille que la culture principale1.

Une large gamme d'espèces permet d'adapter la culture intermédiaire à l'assolement afin qu'elle ne favorise pas les parasites et les pathogènes des cultures principales.

L'espèce mise en place en CIPAN peut aussi présenter des effets négatifs. Par exemple, la moutarde émet du glucosinolate, une substance défavorable au maïs. Il convient de la détruire précocement (février) pour éviter cet effet.

Le mélange d'espèces : la garantie d'une implantation réussie

Chaque plante a des avantages agronomiques particuliers : structuration du sol, apport d'azote, pouvoir couvrant, fourrage...

Un mélange est une combinaison de ces atouts pour permettre de faire face aux ravageurs et aux contraintes pédoclimatiques.

Il assure l'implantation d'un couvert efficace, même si l'une des espèces peine à se développer.

Pour effectuer un mélange, ne pas mettre plus de quatre espèces.

La dose par hectare est calculée en divisant la dose de semis en pur par le nombre d'espèces du mélange.

En France, les mélanges les plus fréquents sont composés d'une légumineuse et d'une crucifère ou d'une graminée.

Les légumineuses

Autorisées depuis mars 2014 dans les mélanges de CIPAN, les légumineuses présentent de nombreux atouts :

  • elles absorbent l'azote du sol (efficace dans le ce cas où les reliquats azotés restent modérés)
  • elles fixent l'azote atmosphérique
  • elles sont un bon engrais vert

En culture légumière, les légumineuses en CIPAN favorisent les maladies fongiques (Fusarium, Aphanomyces).

Voir : Légumineuses et faune sauvage


Mélange Navette Caméline - Crédit Photo: FRCB
 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne