Protéger ses cultures

Adapter les traitements aux besoins de chaque parcelle

D'une année et d'une parcelle à l'autre, les besoins en traitements phytosanitaires évoluent.

Afin de traiter justement ses cultures, les habitudes suivantes sont à adopter :

  • Observer systématiquement la parcelle avant toute application phytosanitaire (afin de connaître le stade d'évolution des ravageurs et/ou maladies).
  • Consulter le bulletin d'avertissement agricole pour connaitre le développement local des maladies et ravageurs des cultures.

Méthodes de lutte alternatives

Les traitements phytosanitaires peuvent être couplés à des méthodes alternatives efficaces contre les ravageurs et les maladies :

  • Choix de variétés résistantes.
  • Choix de variétés précoces ou tardives, dont le cycle sera décalé par rapport à celui des ravageurs ou maladies.
  • Mélange variétal à l'intérieur d'une parcelle.
  • Diversification de la rotation : l'alternance des cultures de printemps et d'hiver instaure un rythme auquel les adventices et ravageurs s'adaptent difficilement (voir : diversifier l'assolement).
  • Semis tôt : il évite le développement d'adventices d'automne et des limaces.

Traitements et pollinisateurs

Certains insecticides, ne portent pas la mention « abeille ».

Cette mention autorise l’application durant la période de floraison et de production de l’exsudat de la plante. Sans cette mention toute application est interdite durant la floraison.

De manière générale, il est recommandé de traiter le soir, en dehors du vol des abeilles et autres insectes.

Même si la culture traitée ne les attire pas, l'impact sur les insectes est ainsi limité en cas de dérive des produits pulvérisés sur les milieux voisins.

Pulvériser le matin charge les gouttes de rosée en pesticides. Or, abeilles et autres insectes y prélèvent de l'eau et ingèrent ainsi les produits.

Reportage vidéo

Comment combattre la mouche du chou sans traitement chimique ou en les limitant ?


Vidéo de 4 minutes avec Viannay Estorgues, technicien agronome à la Chambre d'Agriculture du Finistère.

Reportage paru le mercredi 15 mai 2013 à 17h50 sur la chaine de télévision départementale Ty Télé.

La gestion différenciée

Sur les dix premiers mètres de la culture, elle permet de préserver le cortège d’espèces animales et végétales (plantes des moissons), qui profitent de l’effet lisière et abondent naturellement en bordure de parcelle.

 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne