Haies, talus, bocage

Les avantages agronomiques, écologiques et économiques des éléments arborés sont connus.

Cependant, l'implantation et l'entretien de ces éléments sont parfois négligés.

Intérêts des haies

Du point de vue agronomique, les haies diminuent la production sur les quelques mètres au bord de la parcelle, surtout pour les bordures d’exposition Nord.

Cependant:

  • Elles augmentent la rugosité du paysage. Cet effet brise-vent permet de diminuer la force des vents à l'échelle d'un bassin agricole.
  • Elles protègent les cultures des intempéries et abritent le bétail.
  • Elles limitent l’évapotranspiration.
  • Elles abritent et nourrissent les auxiliaires des cultures.
  • Elles limitent l’expansion des ravageurs par les vents, que sont les pucerons, les champignons et les graines de chardon.
  • Elles sont source de matière première et permettent de diversifier la production de l'exploitation.
  • Elles limitent l'érosion des sols.
  • Elles filtrent les eaux de ruissellement.

En plus d’éviter le stress hydrique des cultures, elles n’entrent pas en compétition avec celles-ci, puisque le système racinaire des arbres prospecte une zone du sol plus profonde.

Reconnecter des haies entre elles permet aux espèces qui y vivent de circuler plus facilement dans le paysage agricole, de connecter des massifs avec d’autres haies, mares, bois… Elles jouent ainsi pleinement leur rôle écologique.

Entretien des haies

Une fréquence d’intervention entre 3 à 15 ans est la plus bénéfique.

L'entretien régulier évite l’étalement des branches sur la parcelle et endommage moins les arbres en coupant un bois jeune, plus résilient que des rameaux âgés.

Le choix des outils d'entretien est important.

Le lamier n’éclate pas les branches et facilite la cicatrisation, contrairement au broyeur sur épareuse.

Il faut éviter de tailler ses haies entre avril et septembre lorsque la végétation et la faune sont en activité.

En cas de prélèvement d’arbres :

  • Éviter toute coupe à blanc.
  • Prélever les arbres de manière diffuse, prélèvement par brins sur les cépées.
  • Conserver les arbres sénescents, à cavités (trous de pics) ou les trognes qui seraient présents.
  • Ne pas supprimer les arbres morts. En cas de chute potentielle, réduire la hauteur de l'arbre ou l'abattre et le laisser au pied de la haie.
  • Conserver des arbres adultes pour enrichir la population de vieux arbres.

Planter ou rembourrer une haie

Restaurer les haies en comblant les trouées par rembourrage accélère la gestion des adventices par l’installation d’arbres et d’arbustes. La stratification des haies améliore leur potentiel d’accueil de la faune et assure leur rôle de brise-vent.

Pour identifier les haies à planter ou à rembourrer, 3 principes peu contraignants peuvent être suivis:

  • Fragmenter les parcelles de grande taille et en pente.
  • Fragmenter les grands îlots de culture formés par les parcelles de la ferme et celles des exploitations voisines en plantant à la limite du parcellaire.
  • Assurer une continuité entre les haies et les autres milieux déjà existants, ce qui permet à la faune et à la flore de circuler.

Il est possible d’implanter d'abord une bande enherbée, puis quelques années après, une haie.

Cette technique évite la levée de plantes envahissantes à la plantation de la haie.

Réglementation

Une haie est admissible aux DPU et éligible aux aides couplées si son houppier et l’emprise non cultivée au sol ne dépassent pas 10 mètres de large.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Crédits:FRCB

Arbre sénescent

Un arbre sénescent (vieillissant) n’est pas malade et un arbre mort n’héberge pas de champignons pathogènes, inféodés aux arbres vivants.

Les derniers stades de la vie de l’arbre ne présentent pas de risque sanitaire pour le reste du peuplement.

Sans valeur économique et peu intéressant comme bois de chauffage, l’abattage d’un arbre sénescent ou mort n’est justifié que pour des questions de sécurité.

Arbre à cavités

Les arbres à cavités, à trous de pics, ou aux parties nécrosées sont des éléments essentiels à un grand nombre d’espèces sauvages.

Plusieurs dizaines d’années sont nécessaires pour obtenir un arbre favorable à l’accueil des pics, former une trogne ou obtenir une cavité à humus.

Supprimer un tel arbre pour une question de propreté est une erreur difficilement réparable.

Coupe d'exploitation ou de sécurisation d'arbre à cavités

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Cliquer sur l'image pour l'agrandir. Crédits: FRCB
 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne