Les talus non arborés

Ces éléments offrent un habitat diversifié et une ressource alimentaire intéressante pour les oiseaux (mures, insectes) et les insectes pollinisateurs (ronces, autres fleurs).

Surélevés, ils offrent un milieu bien drainé favorable à l’accueil des insectes rampants, notamment les carabes. Ce sont de véritables beetle-banks.

Ces talus herbacés et buissonnants diversifient le panel d’habitats présents sur une exploitation.

Il n’est pas nécessaire de les planter d’arbres sur toute la longueur. Cependant quelques arbustes et arbres isolés augmentent leur potentiel d’accueil d’espèces sauvages.

Comment les entretenir ?

La coupe rase de la végétation des talus diminue la résilience du couvert en place et favorise le développement des adventices en les exposant à la lumière.

L’absence d’entretien permet le retour d’espèces herbacées compétitrices qui limitent les espèces envahissantes.

S’installent ensuite des espèces ligneuses, ronces, saules, sureaux, chênes qui génèrent un couvert sombre et favorisent les espèces de milieu boisé au détriment des espèces envahissantes liées aux milieux ouverts et lumineux.

S’il est nécessaire, un broyage haut de 15 cm est un bon compromis entre gestion de la
végétation et préservation de ses caractéristiques biologiques. Pour se faire, régler la hauteur du rouleau d’appui ou adapter des semelles de rehausse sur les patins.

 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne