Zones humides

Les entretenir en préservant la biodiversité

L’entretien des zones humides par fauche sans apport de fertilisants conserve une flore diversifiée, rustique, sans favoriser les adventices nitrophiles. Cette flore diversifiée est composée d’espèces inféodées aux milieux humides.

L’entretien par broyage est préconisé en automne ou hiver (en fonction de l’accessibilité de la parcelle) pour éviter de détruire la faune, encore active en été et début d’automne.

Eviter leur boisement

L’entretien des zones humides pour éviter leur boisement préserve les espèces animales et végétales spécifiques des milieux humides ouverts.

L’absence d’arbres, qui consomment l’eau par évapotranspiration, conserve le potentiel de stockage d’eau par la zone humide pour compenser les périodes d’étiage.

Les plantations de conifères créent une litière acide, qui se dégrade peu et un environnement sombre. Ces facteurs sont défavorables au développement d’espèces herbacées. En bordure de cours d’eau, les conifères peuvent influer la qualité de l’eau, et surtout empêcher le développement de la végétation sur les berges, favorisant leur érosion.

Si des arbustes se développent, les détruire localement au broyeur pendant l’automne et les contenir les autres années par la fauche avec exportation.


Zone humide en hiver - Crédit Photo : FRCB
 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne