Le déroulé du diagnostic

Le diagnostic de capacité d'accueil de la biodiversité ordinaire sur les exploitations agricoles est effectué en binôme associant un technicien de la Fédération Départementale des Chasseurs et un ingénieur de la Chambre d'Agriculture. 

L'articulation du diagnostic

Le diagnostic est découpé en cinq parties :

La description de l'exploitation (statut, SAU, UTH...) :

L'exploitation est partagée en différentes zones, ce qui permet de cibler plus précisément là où des modifications sont à effectuer. Ce partage est effectué en fonction de la distribution géographique du parcellaire, des secteurs soumis à des périmètres réglementaires ou des contrats induisant certaines contraintes.

Les pratiques en œuvre :

Un état des lieux du cheptel et de l'assolement, de la durée, de la diversité des rotations et des éléments favorables à la faune intégrés à l'assolement est effectué. Les pratiques abordées concernent :

  • le travail du sol,
  • la gestion des jachères,
  • la lutte contre les ravageurs, les adventices et les pathogènes,
  • la fertilisation,
  • la gestion de l'eau.

Les prairies :

Sont considérées :

  • leur part dans la SAU (Surface Agricole Utile),
  • leur durée d'implantation,
  • leur composition,
  • la pression exercée par le travail du sol, le chargement et la fertilisation,
  • les pratiques de récolte et le respect qu'elles ont de la faune sauvage.

Les éléments du paysage :

Ils sont qualifiés selon leur surface et le mode de gestion qui y est appliqué.

La faune sauvage :

Cette partie s'attache à qualifier la présence d'espèces sauvages sur l'exploitation et les actions de gestion cynégétique éventuellement mises en place par l'exploitant.

La récolte des données

Une partie du diagnostic peut-être renseignée au bureau grâce aux documents mis à disposition par l'agriculteur. Cette étude préalable apporte des connaissances sur :

  • l'assolement,
  • les éléments topographiques,
  • les pratiques culturales (fertilisation, traitements phytosanitaires) de l'exploitation.

Un entretien d'environ deux heures a ensuite lieu avec l'agriculteur.

Les conseillers de la Chambre d'Agriculture et de la Fédération des Chasseurs du département effectuent une visite d'une demi journée de l'exploitation. Celle-ci permet, en plus de renseigner le diagnostic, d'établir une discussion avec l'agriculteur sur les possibilités d'aménagements de son exploitation et de modifications de ses pratiques culturales.

Le bilan et les propositons

Suite à la visite de l'exploitation, un premier bilan est établi entre l'exploitant et les conseillers de la Chambre d'Agriculture et de la Fédération des Chasseurs.

Les propositions d'actions sont mises à l'écrit et discutées avec l'exploitant lors d'une nouvelle rencontre.

 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne