EARL de la Haie - Milizac

Située au nord de Brest, l’EARL de la Haie est une ferme en polyculture-élevage.

L'exploitation de 64 hectares, dont 26 de prairies, possède 60 vaches laitières de race Prim'Holstein. Elle est intégrée au paysage bocager dense du pays de Brest, entrecoupé de vallées boisées et ponctué de zones humides.

Le bocage fait partie intégrante de la réflexion des deux exploitants : ils sont actifs au sein l'association locale "Milizac Bocage" et la Chambre d'Agriculture a effectué en 2006 un "bilan bocage" de leur parcellaire.

Sur leur exploitation, ils ont replanté certains talus et prélèvent de manière diffuse les arbres des haies.


Vaches de l'élevage - Crédit Photo : FRCB

Présentation de l'exploitation

Avec une Surface Utile Agricole de 64 hectares, la ferme est marquée par l'activité d'élevage de vaches laitières de race Prim'Holstein.

Le parcellaire est regroupé autour de la ferme, les prairies entourent les bâtiments.

Les prairies temporaires sont d’une durée importante et le paysage est géré de manière extensive.

Les prairies très humides, tourbeuses, sont toujours exploitées. Bien qu’il soit difficile de valoriser la production de ces prairies comme fourrage, leur produit trouve sa place dans le système de production.

Les cultures sont mises en place sur les parcelles les plus éloignées. Là, sont cultivés du maïs ensilage, du blé tendre d’hiver, de l’orge et de l’avoine.

La part importante des surfaces en maïs ensilage diminue la diversité des cultures.

Couverture du sol

Les intercultures assurent une couverture du sol jusqu'au printemps. Le sol est protégé de l'érosion et du lessivage, ce qui est non-négligeable sur les parcelles en pente et à sol superficiel de l'EARL.

Les intercultures implantées sur l'exploitation sont valorisées.

Le trèfle incarnat, en mélange avec le ray-grass est une espèce fourragère intéressante pour les herbivores durant l'hiver. Au printemps, en cas de floraison précoce, le trèfle est une ressource alimentaire importante pour les pollinisateurs.

Le maïs ensilage, sur pied tard en saison, limite le ruissellement mais minimise faiblement les fuites d'azote.

De l'herbe implantée sous maïs jouerait le rôle d'interculture après récolte et serait ensilable au printemps.

Le ray-grass se développe facilement sans être roulé. Il peut être semé au stade "7-8 feuilles" du maïs. La stratégie phytosanitaire contre les adventices en post-levée doit être adaptée afin d'éviter toute rémanence (durée pendant laquelle un produit phytosanitaire reste efficace sur l'objet traité) qui empêcherait le ray-grass de germer.

Des prairies temporaires de longue durée

Sur l'exploitation, 10% des prairies sont permanentes.

Les prairies temporaires ont une durée de 8 à 10 ans, ce qui est plus favorable à l'installation d'une flore diversifiée que pour les prairies d'une durée inférieure à 5 ans.

Ces prairies sont semées en ray-grass anglais et trèfle blanc. Cette composition initiale permet à une végétation diversifiée de s'installer et qui offrira abri, nourriture et lieu de reproduction aux oiseaux, mammifères et insectes.

Bocage et haies

Toutes les parcelles sont entourées de talus plus ou moins arborés. L'exploitation compte ainsi près de 13 000 mètres linéaires de haies.

1 300 mètres linéaires de talus sans arbres ont été reconstitués vers 1990.

La fréquence d'entretien des haies est supérieure à 15 ans. La taille est effectuée de manière ponctuelle, à la tronçonneuse. Cette technique favorise une bonne cicatrisation des arbres et moindre diffusion des maladies.

Aucune taille n'a lieu entre avril et septembre, lors de l'activité de la végétation.

Sur sol superficiel, les chênes, frênes et châtaigniers sont limités dans leur croissance.


Prairies et maillage bocager - crédits: FRCB
 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne