Lycée les Vergers - Dol de Bretagne

L’exploitation du lycée agricole "Les Vergers " se trouve à Dol-de-Bretagne où sont présentes 58 vaches laitières de race Prim’Holstein (agriculture conventionnelle) et un atelier de porcs  en engraissement (agriculture biologique).

Située au Nord-Ouest de l'Ille-et-Vilaine, la ferme est à cheval entre deux paysages agricoles: le bocage et le marais.

Deux productions, deux types d'agriculture

L’exploitation dispose d’une SAU de 132 hectares répartis de la manière suivante :

 

  • 32 ha en cultures biologiques,
  • 100 ha en culture conventionnelle, dont :
    • 22 ha de blé destiné à la vente (rendement de 88 quintaux en moyenne),
    • 28 ha de maïs (3 ha destinés à la vente, 25 ha consommés par le troupeau,  11 TMS en moyenne),
    • 50 ha d’herbe.

La ferme possède un élevage de 58 vaches laitières de race Prim'Holstein, pour un quota annuel de 450 000 L de lait.

Cet atelier, ainsi que les cultures qui lui sont associées - maïs fourrager et céréales - sont conduits en agriculture conventionnelle.

En parallèle, un atelier d'engraissement de porcs (700 porcs charcutiers par an) et les parcelles nécessaires à l'épandage des effluents de l'élevage sont travaillés en agriculture biologique.

Cette association de deux types d'agriculture permet de répondre aux objectifs pédagogiques du lycée.

En contrepartie, les deux ateliers ne doivent pas avoir de cultures communes. Cette particularité est à l'origine d'itinéraires techniques et d'assolements différents au sein de l'exploitation.

Pour plus d'infos et d'images, consultez directement la page de présentation de la ferme sur le site du lycée Les Vergers.

Un paysage varié

Même si le paysage est pauvre en haies, le parcellaire de la ferme est riche en éléments paysagers.

Un dense réseau de fossés renforce les haies et les quelques saules têtards.

L'intégration des prairies dans l'assolement participe à maintenir un paysage hétérogène qui génère une multitude d'habitats et favorise les espèces sauvages animales et végétales.


Ferme du lycée Les Vergers - Crédits : FRCB
Ferme du lycée Les Vergers - Crédits : FRCB
Ferme du lycée Les Vergers - Crédits : FRCB

Eléments favorables à la biodiversité sur l'exploitation

  • La largeur moyenne des  parcelles est de 81 m.
  • Les parcelles sont en majorité séparées par des haies.
  • Toutes les parcelles sont couvertes l’hiver avec notamment un mélange de phacélie et d’avoine après le blé ; mélange intéressant pour la faune.
  • Un essai de méteil en interculture est effectué.
  • Des prairies permanentes sont présentes sur l'exploitation.
  • Une parcelle très humide est broyée une fois par an ce qui évite qu'elle ne devienne une friche. Elle est en connexion avec une roselière suivie d’un bois humide.
  • Les prairies temporaires sont incluses dans les rotations des cultures. Elles sont composées d’une graminée associée à une légumineuse.

Comment améliorer la capacité d'accueil de la biodiversité sur l'exploitation?

Suite au diagnostic de la ferme et aux discussions menées avec son responsable, il est ressorti que:

Certaines parcelles font plus de 150 m de large ce qui empêche une diffusion efficace des auxiliaires de cultures depuis les bordures de champs. Il faudrait  les fragmenter en replantant des haies.

Il serait préférable de faucher la parcelle humide au lieu de la broyer (cela nuirait moins à la faune présente) et exporter cette fauche afin de ne pas enrichir le milieu. Cette fauche (ou broyage s'il est maintenu) effectuée le plus tardivement possible (après le 15 juin) permettrait de préserver la période de reproduction de la faune et de la flore.

Il serait nécessaire d'aménager des bandes enherbées le long des haies (de la largeur du broyeur) surtout celles dont la bordure exposée au Nord est peu productive (rappel : une bordure de 3 m liée à la haie n’est pas soustraite aux surfaces primables).

Il faudrait regarnir les haies sans strate arbustive; replanter de jeunes arbres de haut jet dans les haies composées seulement de vieux arbres et reconnecter les haies entre elles par plantation.

Les plantes invasives (herbe de la pampa, buddléia et laurier palme) pourraient être arrachées.

 
 
Les partenaires du programme
Agence web Bretagne